Investissements

Surprise : ventes d'obligations malgré la baisse des taux

Écris par MoneyController el 07.06.2024

La Banque centrale européenne (BCE) a abaissé ses taux d'intérêt de 0,25 %. Cependant, il s'est produit sur le marché obligataire un phénomène auquel on ne s'attendait peut-être pas.

Quelles seront les prochaines actions de la BCE ?

La décision prise hier par la BCE de réduire ses taux de 25 points de base était attendue par les marchés. D'une certaine manière, certains analystes l'ont souligné, on peut penser que cette décision avait déjà été actualisée en termes de prix. Ce que les marchés se demandent aujourd'hui, c'est plutôt quelle sera la prochaine évolution de la politique monétaire : la prochaine baisse des taux d'intérêt interviendra-t-elle bientôt ou devrons-nous attendre de nombreux mois ?

Ventes record d'obligations d'entreprises européennes

Comme l'a souligné hier Morya Longo dans « Il Sole 24 Ore », avant même l'officialisation de la baisse des taux, la Bank of New York Mellon a enregistré un volume de ventes d'obligations sans précédent depuis trois ou quatre ans. Ces ventes concernaient en particulier les obligations d'entreprises européennes. Longo mentionne à cet égard l'analyse de Geoffrey Yu, Market Strategist for Europe chez Bank of New York Mellon : les volumes de vente d'obligations d'entreprises européennes sont très élevés, car de nombreux acteurs du marché pensent que la BCE laissera les taux inchangés pendant encore longtemps.

Des taux élevés pendant encore longtemps ?

Le fait est que, comme le montre l'analyse de Yu, on craint que la persistance de taux élevés ne mette en difficulté certaines entreprises et ne détériore le marché du crédit. Dans le contexte des ventes de Bank of New York Mellon, le message des acteurs du marché du crédit semble être le suivant : comme il semble que la BCE n'ait pas l'intention de procéder prochainement à de nouvelles baisses de taux, détenir des obligations d'entreprises européennes dans son portefeuille est en moyenne plus risqué que par le passé.

Prévisions d'inflation dans la zone euro

L'une des raisons pour lesquelles les acteurs du marché pensent que la BCE n'a pas l'intention de réduire ses taux d'intérêt prochainement réside dans ses prévisions d'inflation à la hausse pour les mois et les années à venir : « Les dernières projections établies par les services de l’Eurosystème pour l’inflation globale et l’inflation sous-jacente en 2024 et 2025 ont été revues à la hausse par rapport aux projections de mars. Elles prévoient désormais que l’inflation globale s’établira en moyenne à 2,5 % en 2024, 2,2 % en 2025 et 1,9 % en 2026. S’agissant de l’évolution des prix hors énergie et produits alimentaires, les services de l’Eurosystème tablent sur une hausse moyenne de 2,8 % en 2024, 2,2 % en 2025 et 2,0 % en 2026 », peut-on lire dans le communiqué de presse publié hier par la BCE. La route vers l'objectif de politique monétaire de 2 % semble encore longue.

Lire aussi :

La BCE baisse ses taux de 25 points de base : les conséquences pour les épargnants

Baisse des taux à venir : dernières bonnes opportunités sur le marché des obligations d'État ?

L'inflation à nouveau un problème pour l'UE ?

LES ARTICLES LES PLUS CONSULTÉS AUJOURD’HUI

LES ARTICLES LES PLUS CONSULTÉS DE LA SEMAINE

10.06.2024 écris par MoneyController

Résultats des élections européennes : quelles conséquences pour les investissements ?

Lire la suite

LES ARTICLES LES PLUS CONSULTÉS DU MOIS

29.12.2023 écris par MoneyController

Si les taux baissent, quels sont les avantages pour les investisseurs en actions et en obligations ?

Lire la suite

LES ARTICLES LES PLUS CONSULTÉS DEPUIS TOUJOURS

Regardez le classement