Marchés financiers/économie

La dette publique française atteint un sommet historique

Écris par MoneyController el 23.04.2021

Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des Comptes publics, est néanmoins optimiste : « Les chiffres sont à la fois historiques et encourageants. Historiques, parce que le déficit de l’année 2020 est le plus important que la France ait connu dans la période contemporaine, et encourageants car il est moins important que ce que nous avions imaginé ».

L’Insee (Institut Nationale de la Statistique et des Etudes Economiques) rapporte qu’en 2020 la dette publique s’élève à 115,7% du PIB, soit 2 654,1 milliards d’euros. Cette année, le déficit a augmenté de 9,2% ce qui correspond à 211, 5 milliards d’euros.

Le gouvernement a dû intervenir pour aider les entreprises à survivre à la pandémie et ainsi limiter les licenciements et faillites d’entreprise.

L’Etat a mis en place des fonds de solidarité à hauteur de 16,3 milliards d’euros et a aussi favorisé l’exonération de cotisations d’environ 7,9 milliards d’euros.

Les dépenses des administrations publiques (Etat, collectivités et Sécurité sociale) ont augmenté de 73,6 milliards d’euros en 2020, une hausse de l’ordre de 5,5%. Plusieurs facteurs expliquent cet accroissement des dépenses : davantage de prestations sociales distribuées (notamment via le mécanisme du chômage partiel, s’élevant à 27,4 milliards d’euros en 2020), des aides débloquées pour les entreprises grâce au fonds de solidarité (16,3 milliards d’euros) et les exonérations de cotisations (7,9 milliards d’euros) et la hausse des rémunérations dans le secteur hospitalier (3,7 milliards d’euros).

Le niveau des recettes s’est contracté d’environ 5%. Cela se caractérise par une chute de 63,1 milliards d’euros due à de moindres revenus issus des impôts et des cotisations sociales.

Pour 2021, le gouvernement prévoit un ralentissement de 8,5% du déficit public et tablerait sur un dépassement de la dette publique aux alentours de 122% du PIB.

Le prolongement des mesures d’urgence pour l’année 2021 est estimé à plus de 32 milliards d’euros dont 18 milliards seront alloués au fonds de solidarité, ainsi que 11 milliards au financement de l'activité partielle et environ 3,5 à 4 milliards d’euros iront aux exonérations de cotisations sociales.

Le ministre se dit néanmoins confiant et déclare lors de son allocution : « Nous l’avons dit, nous continuerons à aider les Français et les entreprises aussi longtemps que l’activité sera empêchée ».

LES ARTICLES LES PLUS CONSULTÉS AUJOURD’HUI

LES ARTICLES LES PLUS CONSULTÉS DE LA SEMAINE

LES ARTICLES LES PLUS CONSULTÉS DU MOIS

LES ARTICLES LES PLUS CONSULTÉS DEPUIS TOUJOURS

Regardez le classement