Assurances

Existe-t-il une assurance contre la pandémie ?

Écris par MoneyController el 21.04.2021

Le risque pandémique “est par nature inassurable” affirment les assureurs. En effet, les pertes non consécutives à un dommage matériel direct sur un bien ne sont pas couvertes.

Par contre, ce type d’assurance existe, il y a des contrats incluant une clause « garanties pandémies ». Cela peut donc couvrir la pandémie que nous traversons. Thomas Burberl, PDG d’Axa, explique « qu'une entreprise peut également être assurée contre le risque de perte d'exploitation lié à une épidémie, même si c'est assez rare qu'une entreprise prenne ce type d’assurance ».

Des restaurateurs comme Stéphane Jego, patron de l’Ami Jean, ne sont pas satisfaits de ce manque d’information de la part des assurances « Il y a un vrai manque de visibilité sur ces couvertures et une absence de communication » a annoncé le chef qui, s’il avait su, aurait souscrit à ce type de contrat.

L’avocat Me Gros, spécialiste en assurance se défend en disant « Oui, de tels contrats spécifiques existent mais ils sont très rares, ce sont des cas particuliers. S'ils sont peu proposés c'est parce que le besoin n'était pas perçu jusqu'alors, ce n'était pas un produit demandé».

Il y a deux types de contrat. Le premier c’est le contrat « d’assurance pandémie » qui est un contrat personnalisé et auquel peu souscrivent ; le deuxième c’est le contrat qui couvre les pertes d’exploitation consécutives à « un risque sanitaire grave », mais il faut savoir que ces dernières ne couvrent pas une pandémie comme celle du Covid-19.

Cela peut être très déroutant, car les personnes qui ont cette couverture pensent être couvertes en cas de pandémie, mais en réalité ne le sont pas. «Des restaurateurs par exemple ont pu souscrire des contrats qui couvrent des pertes d'exploitation lorsqu'une fermeture est ordonnée à titre individuel par les autorités en raison d'un « risque sanitaire », mais cela vise le plus souvent le cas d'une entreprise qui présente un risque pour ses employés et ses clients». Explique Me Gros. Par exemple une bactérie présente dans les locaux peut provoquer une intoxication alimentaire grave.

Une pétition en ligne a été signée par 133.000 personne à l’attention du Ministre de l’économie pour le pousser à déclarer l’état de « catastrophe naturelle sanitaire » et ainsi ouvrir la voie à l'indemnisation des pertes d'exploitation dû à la crise sanitaire. La garantie de catastrophe naturelle est obligatoire dans tout contrat d'assurance.

Les parlementaires ont proposé de mettre en place un régime d'assurance des risques liés à des évènements sanitaires graves, à l’image de ce qui est fait sur les risques dus aux catastrophes naturelles, et serait financé par une cotisation additionnelle.

Me Gros explique l’“assurance pandémie” ne suffirait pas à tout couvrir. En effet si le total des primes collectées était similaire à celui des catastrophes naturelles, 25% à peine des besoins actuels seraient couverts... La dernière catastrophe sanitaire de grande ampleur est la grippe espagnole en 1918. Cotiser pendant 102 ans permettrait en revanche de constituer des réserves suffisamment importantes pour faire face aux risques.

LES ARTICLES LES PLUS CONSULTÉS AUJOURD’HUI

LES ARTICLES LES PLUS CONSULTÉS DE LA SEMAINE

LES ARTICLES LES PLUS CONSULTÉS DU MOIS

LES ARTICLES LES PLUS CONSULTÉS DEPUIS TOUJOURS

Regardez le classement